La dette publique française continue son ascension

Ce n’est pas encore le Galibier, mais ce n’est déjà plus le Tourmalet. La dette publique française continue d’augmenter sous l’effet de la crise économique certes, mais aussi de l’incapacité de l’Etat à réduire ses dépenses et son train de vie. Cela vaut également pour les collectivités locales. L’Insee vient de publier l’état de la dette publique pour l’année 2010. Selon l’institut public, « à la fin du quatrième trimestre 2010, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 591,2 Md€, en hausse de 16,2 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 81,7 %, en augmentation de 0,2 point par rapport au trimestre précédent. La dette publique nette progresse de 26,5 Md€ ». Le déficit de l’Etat quant à lui est de 150 milliards d’euros, soit 5 milliards de plus qu’en 2009. Le déficit public équivaut 55% des recettes de l’Etat pour l’année budgétaire 2010. Cela représente 7 points de PIB pour l’année 2010, contre 7,5 points pour l’année 2009. Dans un communiqué, l’Elysée explique que « cette réduction du déficit des administrations publiques démontre à la fois la solidité de la reprise économique et la maîtrise de la dépense publique ». Et ce n’est pas un poisson d’avril.